04/06/2009

J'ai testé pour vous...les convocations électorales

 

A l’approche des élections régionales, j’ai testé pour vous les convocations électorales. Vous savez le petit bout de papier que nous avons tous reçu dans notre boite-aux-lettres et qui nous invite à nous rendre ce dimanche au Hall des Sports. Eh bien, si on a abondamment parlé de ce précieux sésame dans la presse à l’occasion de l’envoi en français par les 3 bourgmestres non-nommés de Linkebeek, Krainem et Wezembeek grâce au précieux concours d’Olivier Maingain, Président du FDF transformé pour l’occasion en imprimeur, ou de la saga à Rhode-Saint-Genèse, pas une ligne, pas un mot à Wemmel !

 

Etonnant, non ? Peut-être pas puisque celle-ci est arrivée en néerlandais…avec possibilité de procéder à l’échange en se rendant au Centre administratif de la commune qui, pour rappel, est situé au 25 de la rue Vanden Broeck. J’invite bien évidemment tous ceux qui n’auraient pas encore fait la démarche de profiter des dernières heures pour obtenir une convocation en français. Moyen concret de marquer l’ancrage francophone à Wemmel. Attention, il ne vous reste que demain matin sachant que le service n’est ouvert que de 8h30 à 11h30…

 

Par contre, ce qui est d’autant plus surprenant c’est l’absence de réaction des IC. Rien ! Pourtant  ces derniers disposent de deux candidats à un poste de député au Parlement flamand sur la liste Union des Francophones (UF) qui regroupe l’ensemble des partis francophones…et dont l’objectif premier consiste en la défense des droits des francophones !

 

Qu’en penser ? Que l’air de Wemmel n’est pas le même que celui des autres communes à facilités ? Que ces candidats n’adhèrent pas totalement au programme de l’UF en matière de défense des francophones ? Que la défense des francophones peut se limiter à des slogans prononcés en campagne électorale mais qu’on repasser ensuite pour ce qui concerne la cohérence entre les discours et les actes ?

 

Tout ceci resterait une péripétie de campagne si l’un des candidats, et non des moindres, n’avait pas d’une manière ou d’une autre avalisé, en tant que chef de file des IC, l’envoi des convocations en néerlandais alors qu’il est sensé marquer l’ancrage francophone au sein du Collège échevinal…et, à tout le moins, porter haut et fort les valeurs de l’UF en vue de décrocher un strapontin au Parlement flamand dans l’hypothèse où l’UF décrocherait enfin ce deuxième siège tant attendu. Par certain que ce soit au goût de tous colistiers…ni des wemmelois francophones !

17:27 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Je n'irai pas chercher ma convocation en français mais Je n'irai pas chercher ma convocation en français pour une raison bien simple, je ne la lis jamais.
Je note juste le numéro de bureau où l'on m'invite à faire mon devoir électoral.
Par contre, je constate que les documents que nous recevions de la part de l'ONP, en français depuis plusieurs années, nous sont adressés en néerlandais depuis deux mois et là, je réagis, parce qu'automatiquement cela favorise l'emploi pour les néerlandophones qui vont encore grossir le nombre de fonctionnaires qui viennent de Gand, Anvers ou Louvain et qui encombrent les voies d'accès vers Bruxelles.
D'autres personnes ont-elles constaté que l'ONP leur écrivait en néerlandais ?
Quant à ceux qui vont voter sur la liste UF, il va de soi qu'ils commettraient une bêtise en votant en tête de liste et en marquant de cette façon leur accord avec l'ordre des candidats.
Il va de soi, qu'il suffit de chercher un peu plus loin pour trouver des gens qui méritent vraiment d'être élus.

Écrit par : Stéphanie | 04/06/2009

@ Stéphanie... Il est un peu tard pour vous conseiller d'aller chercher votre convocation en langue française auprès de votre administration communale.
Toutefois, je voulais vous faire part de ma réaction concernant votre commentaire.

Je peux tout à fait comprendre votre réaction, car le fait de devoir se déplacer pour obtenir tout écrit administratif en français est plutôt considéré par les Francophones comme une " difficulté " plutôt qu'une facilité. Cependant, le fait de ne pas être allée échanger votre convocation contre une version française contribue à alimenter des statistiques défavorables en ce qui concerne les Francophones des communes à statut linguistique spécial.
Ces statistiques sont utilisées par vos autorités communales et régionales pour souligner que l'ancrage francophone desdites communes n'est pas aussi élevé qu'on ne le pense : ceci est faux, bien entendu !

Il vous faut savoir que, par exemple, le " bien-aimé " Bourgmestre de Fourons, Huub Broers, a naturellement dévoilé les chiffres de ces échanges de convocations lors du dernier Conseil communal.
Résultat des courses : 17,18 % de convocations électorales demandées en langue française. Nous sommes donc plus ou moins au tiers du pourcentage estimé de Francophones à Fourons : vous comprenez ma pensée ?

Écrit par : Michaël HENEN | 19/06/2009

Les commentaires sont fermés.