23/12/2008

Mobilité quand tu nous tiens...

 

Décidemment la mobilité, tout comme l’environnement, sont des sujets qui font l’actualité au conseil au point qu’il ne se passe pas une séance sans qu’une interpellation ait lieu pour dénoncer ou fustiger l’apathie de l’échevin IC de la mobilité.

 

On se souviendra de la motion déposée par Didier Noltincx (LB-MR) concernant le tohu-bohu autour du Markt, de la demande de Robert Delille (IC-Ecolo) de voir Wemmel se doter d’un plan « Vélo » ou encore de la gestion calamiteuse du dossier entourant l’élargissement du ring.

 

C’est fois-ci, c’est au tour du Docteur Coomans de s’enquérir de la sécurité des cyclistes empruntant l’avenue de Limburg Stirum à l’heure où l’usage du vélo pourrait devenir une excellente alternative à la voiture pour traverser Wemmel de part en part lorsque débuteront les futurs travaux allant de la rue Bruyndonckx au Fame X dans le cadre de la politique d’assainissement des eaux usées.

 

Pour seule réponse, la tête de file des IC se contenta d’un « on peut toujours étudier la question » qui ne mange pas de pain tout en permettant d’esquiver la question en attendant des jours meilleurs.

 

Toujours est-il que le conseil de ce mois de novembre n’est pas resté en reste puisqu’il s’est également penché sur le sort des personnes souffrant d’un handicap physique ou médical et qui sont contraints de renouveler régulièrement leur permis de conduire.

 

Sur proposition du Bourgmestre Marcel Van Langenhove (LB), ces derniers ne devront plus s’acquitter que de 11 euros pour la délivrance d’un nouveau permis au lieu des 16 euros comme c’est le cas actuellement. Mesure symbolique s’il en est mais néanmoins fortement attendue par ceux et celles qui doivent se plier à cette contrainte pour continuer à se déplacer en voiture avec l’aval de la Faculté.

 

Alors que le dossier allait rondement être mené, Walter Van Steenkiste (Kartel WEMMEL) souhaita obtenir une précision quant aux personnes concernées par cette mesure. Aussi inattendu que cela puisse paraître, l’échevin IC de la mobilité décida de sortir de sa torpeur pour répondre à l’intéressé qu’il n’avait qu’à regarder autour de lui pour savoir ce qu’il fallait entendre par handicap physique ou médical ! Rien de moins !

 

Personnellement, je n’ai qu’un seul mot à la bouche : lamentable ! Car de tels propos sont tout bonnement scandaleux et indignes de la part d’un mandataire politique. Tout ceci en dit long sur la considération portée par la tête de file des IC à l’égard des personnes souffrant d’un handicap physique ou médical et le peu de cas qu’il semble apporter à la nécessité de mettre en œuvre une réelle politique en faveur des personnes à mobilité réduite au sein de notre commune. N’est-ce pourtant pas le devoir de tout échevin ayant la mobilité dans ses attributions ?

07:42 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.