19/11/2008

C'est du propre !

 

La propreté est devenue un thème politique en vogue et pour cause vu la malpropreté de nos rues, le  peu d’entretien des parcs ou des plaines de jeux de notre commune.

 

Il n’y a pas un conseil où l’échevin de l’environnement, Herman Vander Voorde (Kartel WEMMEL) n’est pas mis sur la sellette tant par Didier Noltincx (LB-MR) que par le Docteur Coomans de Brachène (LB) sans qu’on puisse dire que la situation sur le terrain s’améliore.

 

Face à cette situation, Didier Noltincx proposa la création d’un service de propreté publique au sein de l’administration s’inspirant ainsi de ma suggestion émise lors de la dernière campagne électorale de créer un « Wemmel Propre » à l’instar de ce qui se fait en région bruxelloise ainsi que l’adoption d’un règlement-taxe qui a pour objectif de faire payer au pollueur les frais de nettoyage inhérent à la remise en ordre de l’espace.

 

Non content de faire payer le pollueur, le projet de règlement s’attaque également aux tags, à l’affichage sauvage, à la pollution des avaloirs et l’ensemble des salissures que l’on constate. Une taxe serait fixée : 80 euros pour le dépôt de sacs poubelles non conformes, 125 euros pour les dépôts clandestins, 150 euros pour le nettoyage de tags et de graffitis, 200 euros pour la vidange d’un ou de plusieurs avaloirs suite à un déversement volontaire ou accident comme ce fut le cas à proximité du Markt il y a quelque temps.

 

Si le principe d’un tel règlement-taxe fut approuvé par le conseil, la suggestion de créer un réel service propreté suscita une polémique entre le Kartel WEMMEL et Didier Noltincx. Tant pour Herman Vander Voorde qui détailla les mesures prises pour l’entretien des plaines de jeux que pour Walter Vansteenkist (Kartel WEMMEL), il n’y a pas de plus-value à la création de ce service ! D’ailleurs ceux-ci demandèrent qu’est-ce que ce service allait bien pouvoir faire…

 

Hallucinant comme réaction ! Si dans toute commune, il y a un service « propreté » chargé du balayage des rues et un service « espaces verts » chargé de l’entretien des parcs, à Wemmel il n’y pas de distinction et tout le monde fait un peu de tout sans compter qu’il n’existe aucun matériel spécifique pour assurer l’entretien des rues et trottoirs.

 

Certes, il y a quelques années, une petite balayeuse avait été achetée pour un montant de 35.000 euros mais ne circule plus pour cause de défectuosité et d’inadéquation au travail demandé ! Pour le reste, les ouvriers disposent d’une petite voiturette et de pinces…Alors que d’autres communes ont décidé d’investir dans du matériel (aspirateurs de rues, balayeuses modernes, compacteur, avaleuses,…) et de mécaniser le travail pour plus d’efficacité, notre commune reste à la traîne ! D’aucuns n’hésitant pas à revenir avec la veille rengaine selon laquelle chaque propriétaire se doit de nettoyer son trottoir sans tenir compte de l’évolution de la société.

 

Ne faut-il quand même pas donner un signal à la population s’est ému le Docteur Coomans ?

 

C’est alors qu’Herman Vander Voorde dévoila sa proposition d’action « Wemmel Propre » pour donner un coup de balai dans Wemmel en faisant appel à des volontaires qui souhaiteraient s’occuper de leur quartier en organisant une action de nettoyage 9 à 10 fois par an.

 

In fine, Walter Vansteenkiste suggéra de tenter l’expérience tout en laissant le soin à l’échevin de l’environnement de revoir le fonctionnement de ses services et d’évaluer les résultats dans 6 mois.

07:53 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.